04 50 28 40 23

Découvrez notre magasin !

C.Cial. Les Vertes Campagnes
75 cc rue des Vertes Campagnes
01170 - GEX
Pas mal de plantes répondent favorablement pour traiter les problèmes circulatoires.
On vous indique là les premières qui donnent de très bons résultats, avec un minimum de régularité et de longévité bien-sûr.
Aucune contre-indication, aucun effet secondaire, une action douce mais en profondeur.

Et pour plus de précisions, voir les thèmes détaillés, par exemple :
- sang : globules blancs, plaquettes,
- varicosités

Environ un tiers de la population française serait touché par des troubles de la circulation sanguine. Il est donc fréquent de rencontrer des personnes souffrant de jambes lourdes, d'engourdissement, de mains et pieds froids, et autres problèmes circulatoires plus ou moins importants.

Les lésions artérielles constituent un très important facteur de risque d'accidents vasculaires graves. Les maladies veineuses sont tout aussi fréquentes et peuvent devenir très invalidantes, bien que plus rarement dangereuses ou fatales. La maladie veineuse est davantage une maladie chronique évolutive et les motifs de consultation médicale sont le plus souvent d'ordre esthétique. Des prédispositions génétiques et fragilités familiales augmentent le risque d'une maladie veineuse, mais ce sont les facteurs déclenchants et aggravants qui entraînent ce genre de problème.

Dans la maladie veineuse, c'est le sang impur, de retour, qui circule mal, remonte mal vers le coeur et ne parvient pas à vaincre la pesanteur. Si le sang est trop épais, pas assez fluide, si les globules rouges glissent mal les uns sur les autres, si les plaquettes ont tendance à s'agglutiner, il en résulte un ralentissement circulatoire avec stase veineuse (stagnation du sang). Il peut s'ensuivre une cascade de phénomènes qui vont en s'aggravant.
La première conséquence de la stase veineuse se situe au niveau de la paroi des veines qui se distend et perd sa souplesse, son élasticité, sa tonicité ; elle devient perméable au plasma sanguin qui se répand dans les tissus et provoque de l'oedème. Ce gonflement des pieds et des jambes avec sensation de jambes lourdes est le premier signe d'une fragilité veineuse.

Sous l'effet d'une alimentation trop riche en graisses saturées ou déséquilibrée, il y a déséquilibre des prostaglandines entrainant le rétrécissement du diamètre des artères et l'épaississement du sang.
Sous l'action de substances oxydantes et de radicaux libres dont l'action nocive n'est pas entravée par un apport suffisant de substances biologiques anti-oxydantes (vitamines E et C et flavones), la paroi veineuse est altérée : le collagène se dépolymérise, l'élastine et les protéoglycanes qui constituent la substance fondamentale sont dénaturés. Et il y a libération de substances inflammatoires dénommées leucotriènes qui génèrent la douleur et la lourdeur des jambes. Le système lymphatique est envahi et inondé par l'afflux de liquide en provenance du sang.
Les varices et varicosités sont les plus connues et les plus visibles des maladies veineuses.
Les veines sont dotées de valvules destinées à empêcher le sang de revenir en arrière lorsqu'il migre vers le haut ; les valvules sont des sortes de clapets qui s'ouvrent pour laisser passer le sang et se referment pour l'empêcher de redescendre. Ainsi le sang migre par vagues successives, pulsé vers le haut par l'action des muscles environnants, grâce à la tonicité active des veines elles-mêmes. Lorsque ces valvules se détériorent en même temps que la paroi veineuse, cela a pour effet de stopper la migration du sang, c'est la stase veineuse qui provoque ces renflements inesthétiques lorsqu'il s'agit de veines superficielles. C'est le même phénomène de varices qui survient dans la crise d'hémorroïdes et la paroi distendue et inflammée des veines est souvent dure et douloureuse.

Il existe aussi une maladie veineuse sans apparition de varices superficielles et la maladie évolue en silence vers ce que l'on appelle l'insuffisance veineuse. C'est une hypoxie progressive des tissus dûe à la stase veineuse qui provoque une dilatation des capillaires. La conséquence est une augmentation de la fragilité et de la perméabilité de la paroi des capillaires, c'est-à-dire de ce réseau de micro veinules qui récupèrent le sang impur pour le diriger vers les veines. Le sang chargé de gaz carbonique et de toxines stagne et le plasma s'infiltre dans les tissus provoquant inflammation et oedème. S'accumulent donc dans les tissus quantité de substances toxiques de dégradations et de radicaux libres oxydants ; survient un afflux de globules blancs pour nettoyer le terrain, mais qui eux aussi s'accumulent. Cette accumulation de substances agressives associée à l'asphyxie des tissus provoque la mort tissulaire, pouvant conduire jusqu' à l'apparition d'ulcères qui ne parviennent plus à cicatriser.

L'insuffisance veineuse chronique fait courir un risque d'accident vasculaire dénommé phlébite. Il s'agit d'une violente inflammation des veines avec formation d'un "trombus", c'est-à-dire un caillot sanguin qui se détache de la paroi veineuse et que l'on nomme aussi "embol". Cet embol va donc migrer avec la circulation générale et remonter jusqu'au coeur, puis aux poumons où il risque de bloquer les artères pulmonaires, ce qui interrompt la circulation dans une partie des poumons : c'est l'embolie pulmonaire.

La station debout joue un rôle important dans les facteurs déclenchant car c'est l'action des muscles lors de la marche qui imprime la première ondée dynamique qui chasse le sang vers le haut et dont l'ascension est relayée d'un groupe musculaire à l'autre.

La pilule contraceptive est connue pour augmenter le risque veineux en agissant à la fois sur la viscosité du sang et sur la paroi veineuse avec augmentation du risque de thrombo-embolisme. Ce sont les oestrogènes et les progestatifs de synthèse présents dans les pilules qui ont ces effets néfastes. Les pilules dites "mini-dosées" ayant les mêmes effets...

La grossesse fragilise le système veineux, en effet, dès les premiers jours de la conception, les veines se dilatent sous l'effet des hormones.

La chaleur joue un rôle néfaste sur les veines et les varices, les veines superficielles se dilatant en amenant un afflux de sang en provenance des profondeurs. Si les veines sont fragiles, elles ont perdues une partie de leur élasticité et de leur capacité d'adaptation et après la dilatation elle ne reviennent pas à leur calibre initial, le phénomène étant aggravé par une diminution du drainage lymphatique superficiel.

De même les voyages aériens de longue durée induisent également des phénomènes de jambes lourdes avec gonflement des membres inférieurs. 3 facteurs à cela : la position du corps assis avec jambes repliées à cause de l'exiguïté, ensuite la déshydratation diminuant le volume sanguin et favorisant la viscosité, et enfin l'hypoxie par baisse de la pression atmosphérique, ce qui surcharge le sang en gaz carbonique et favorise l'agglutination des globules rouges. C'est le même type de phénomène qui survient lorsque le temps est lourd, c'est-à-dire la pression atmosphérique basse.

D'une façon générale, tout ce qui ralentit la migration du sang favorise la stase veineuse et la fragilité veineuse : la sédentarité, la station debout, l'obésité, le manque d'exercice, la chaleur, le port de talons hauts, l'alcool, le tabac, et bien-sûr, l'alimentation carencée et désiquilibrée riche en produits de synthèses, donc chimiques...

Conseils :
- Faire de la marche, de la natation ou du vélo, de façon raisonnable
- Eviter les stations debout ou assises prolongées ainsi que les piétinements.
- Penser à surélever les pieds de son lit pour déjouer la loi de la pesanteur
- Doucher les jambes à l'eau froide ou marcher dans les vagues en bord de mer
- Surveiller son poids
- Manger le plus sainement et le plus équilibré possible en évitant le plus possible tout produit chimique.