04 50 28 40 23

Découvrez notre magasin !

C.Cial. Les Vertes Campagnes
75 cc rue des Vertes Campagnes
01170 - GEX
L'ostéoporose fait partie de ces multiples maladies de civilisation qu'il est toujours plus facile de prévenir que de guérir. L'éviter est tout à fait possible si nous en comprenons la cause et prenons notre santé en main.

L'ostéoporose est une maladie dégénérative, due à une perte excessive de sels minéraux qui fragilise le tissu osseux, au point de provoquer des tassements vertébraux ou des fractures. Cette fuite minérale physiologique commence dès l'âge de 35 ans et se poursuit tout au long de la vie en constituant pour tous, une menace permanente. Lorsque la densité osseuse est trop faible, le squelette se déforme, les os deviennent friables, se brisent facilement ou se déforment sous le poids du corps, en particulier au niveau des vertèbres. L'alimentation moderne particulièrement carencée en sels minéraux étant sans doute la première cause de l'ostéoporose.

Un très simple indicateur de l'ostéoporose est la diminution de la taille. Il suffit de se mesurer tous les six ou douze mois pour évaluer l'importance des tassements vertébraux. Un autre signe doit mettre en garde : les déchaussements des dents et l'inflammation des gencives.


La minéralisation des os est un phénomène complexe, où interviennent de nombreuses réactions biologiques, qui ne se réalisent correctement que sous certaines conditions d'une part :
- des apports nutritionnels adéquats en minéraux et oligo-éléments.
- un apport nutritionnel en vitamine D ainsi qu'un ensoleillement suffisant : la vitamine D augmente l'absorption du calcium et du phosphore au niveau de la paroi intestinale et aide à la reminéralisation au niveau de l'os.
- un fonctionnement normal des hormones impliquées dans l'ossification : la parathormone (issue des glandes parathyroïdiennes), la calcitonine (provenant de la glande thyroïde) et les oestrogènes qui stimulent l'activité des ostéoblastes, donc la formation des os.
D'autre part, la minéralisation est favorisée de façon importante par l'exercice physique et est freinée par une alimentation trop riche en protéines animales, par le tabac, le café, l'alcool et par une immobilisation prolongée (alitement).
Au delà de la trentaine, une déminéralisation physiologique se produit, la destruction de l'os est alors plus importante que sa formation, d'environ 0,4 % par an pour l'homme. Cette déminéralisation est plus rapide chez la femme, jusqu'à 10 % tous les dix ans, et elle s'accentue brusquement à la ménopause du fait de l'arrêt de sécrétion des oestrogènes.
L'adolescence est sans conteste la période clef au cours de laquelle l'organisme fixe une grande quantité de calcium. A cet âge les cellules osseuses sont de véritables éponges et captent les sels minéraux dont elles ont besoin pour la croissance et la consolidation du squelette.
Un apport alimentaire suffisant en calcium et autres sels minéraux de qualité est à ce moment là indispensable pour constituer un capital osseux qui servira plus tard de réserve. On estime que ce capital osseux se constitue jusqu'à l'âge de 20 ans environ et reste stable jusqu'à 35 ans pour décroître ensuite. Rappelons que c'est dans les fruits et légumes, et notamment les fruits secs, que nous pouvons récupérer les meilleurs taux de calcium et autres sels minéraux.
On estime les besoins d'un adolescent à 1200 mg/jour en moyenne alors qu'on sait que l'ingestion calcique moyenne en France est de moins de 500 mg par jour. On mesure l'ampleur de la carence et l'énorme travail d'information qu'il reste à accomplir en particulier chez les jeunes.
Les périodes de grossesse présentent pour la femme les premières occasions de puiser dans son capital osseux pour apporter à l'enfant les 28 grammes de calcium qu'il aura à la naissance, soit 28 000 mg ! Heureusement, l'équilibre métabolique naturel peut corriger ce déficit en permettant à la femme de mieux absorber le calcium alimentaire pendant cette période à condition que l'apport soit suffisant. Les spécialistes estiment que ce besoin est d'au moins 2.000 mg/jour pendant toute la période de la grossesse et au-delà si la femme allaite son enfant. Comme il est difficile dans l'alimentation moderne actuelle raffinée à l'excès, de trouver les 2 grammes par jour de calcium, il est souvent nécessaire d'avoir recours à une supplémentation adéquate en compléments nutritionnels de qualité.


Si l'homme, au cours du vieillissement perd jusqu'à 20 % de sa masse osseuse, la femme, pour sa part, va perdre jusqu'à 45 % ! Il est donc important de freiner au maximum la perte calcique par une prise régulière de compléments nutritionnels apportant le supplément de calcium et de sels minéraux indispensables.

Silicium, Magnésium, Bore, sont indispensables mais aussi la Vitamine C qui favorise la formation du cartilage dont on sait l'importance au niveau des articulations. En cas de scorbut, qui est un signe de déficience en vitamine C, celui-ci est accompagné d'ostéoporose.
- Une alimentation trop riche en protéines animales qui favorise l'acidification de l'organisme et entraine une déminéralisation.
- Une sédentarité excessive ou bien au contraire des activités physiques brutales comme dans certaines professions ou certains sports.
- Un excès de poids qui fatigue les articulations : maigrir d'un kilo, c'est soulager la hanche de 3 à 4 kg.
- La baisse du taux d'hormones oestrogènes après la ménopause non compensées par un apport suffisant de phyto-oestrogènes des fruits et légumes.
L'alimentation est une nouvelle fois la première des préventions et il est bon de rappeler à nouveau que tous ces précieux sels minéraux et oligo-éléments, indispensables pour protéger notre capital osseux, se trouvent prioritairement dans les légumes, les fruits, les farines complètes, les graines, les céréales et les fruits secs, notamment les amandes. Seule cette alimentation est susceptible d'apporter des quantités suffisantes de calcium, de fluor, de bore, de silicium pour fabriquer des os solides. Choisir des légumes et des fruits de culture biologique afin d'éviter la présence de pesticides chimiques qui sont toujours des inhibiteurs du métabolisme.
Le gaz carbonique contenu dans les boissons gazeuses est aussi générateur d'acide et pour les neutraliser et les éliminer, le corps utilise ses réserves alcalines, principalement le potassium et le calcium, et trop d'acidité dans le corps fait se vider le calcium des os.
Réduire l'acidité, c'est d'abord s'alcaliniser avec des aliments alcalinisants, mais aussi respirer bien, car l'oxygène alcalinise très fortement les liquides dans lesquels baignent nos cellules. Le mouvement, la marche, le jogging doux, aident à circuler et à éliminer les déchets acides.
Certains médicaments sont connus pour favoriser la perte de calcium, comme les corticostéroïdes, les tranquilisants, certains hypotenseurs, les antiacides, les diurétiques et les laxatifs. Et la consommation exagérée de café augmente la perte osseuse en interférant sur l'absorption du calcium. De même les femmes qui fument atteignent plus tôt l'âge de la ménopause et la perte osseuse après la ménopause intervient 50 % plus vite. Tout comme un excès de consommation d'alcool conduit à l'ostéoporose : chez un alcoolique, la perte osseuse à 45 ans est équivalente à celle d'un sujet normal à 65 ans !
Enfin, les hormones de synthèse dérivées de l'oestrogène favorisent au contraire la fixation du calcium et, pour cette raison, sont fréquemment prescrites chez les femmes au moment de la ménopause. Mais comme à chaque fois que la chimie veut se substituer à la nature, les inconvénients du traitement masquent les bienfaits. Outre que ce traitement hormonal est susceptible d'augmenter l'incidence du cancer du sein ou de l'utérus, il entraine souvent un fâcheux retour de manivelle : pendant quelques années le traitement gongle artificiellement la peau par rétention d'eau donnant à la femme un aspect plus jeune, mais ensuite les effets sont désastreux sur la peau qui se flétrit et sèche : la femme paie très cher plus tard ces quelques années de pseudo-jeunesse...

Ainsi, au cours de l'âge, il y a édification du squelette jusqu'à environ 20 ans, puis consolidation jusqu'à environ 30 ans. Parallèlement, il y a un renouvellement continu de la trame osseuse. Entre 20 et 30 ans, on dispose donc du capital osseux maximum, variable d'un individu à l'autre, d'une population à l'autre ; suivant notre sexe ou notre taille, nous avons de 1 à 1,5 kg de calcium fixé dans les os et dans les dents. Les personnes de race noire ont un capital osseux plus important que les personnes de race blanche et l'ostéoporose est chez elles rarement rencontrée.

Le calcium étant le sel minéral le plus important en quantité, c'est sur lui que toutes les études ont porté, mais d'autres sels minéraux et oligo-éléments tout aussi importants sont impliqués dans le processus de minéralisation, notamment la Silice.

Au cours du processus de vieillissemnt, nous perdons progressivement notre capacité de fixation du calcium et nous risquons d'entamer notre capital osseux et nos réserves de sels minéraux. La femme est à ce titre soumise à un risque supplémentaire à partir de la ménopause. En effet l'arrêt de la sécrétion d'oestrogène entraine une fuite calcique, qui s'ajoute à la diminution physiologique normale de l'absorption intestinale. Pour combattre ce manque il est conseillé à la femme ménopausée un apport de 1 500 mg/jour de calcium, alors qu'il n'est en moyenne que de 500 mg, soit le tiers des besoins, voir moins. C'est dire la gravité de la carence qui conduit d'année en année à un déficit calcique très important qui mène tout droit à l'ostéoporose.

L'ostéoporose est une maladie parallèle à l'arthrose ; ces deux maladies sont inséparables car la fragilité osseuse est identique à la fragilité des cartilages et les causes sont les mêmes, une carence en sels minéraux : calcium, potassium, magnésium mais aussi en oligo-éléments, silice et bore notamment.

Nous ne pouvons donc que vous encourager vivement à entretenir vos bases le plus tôt possible et à vous supplémenter grâce à des compléments nutritionnels de grande qualité comme vous avez sur ce site.