04 50 28 40 23

Découvrez notre magasin !

C.Cial. Les Vertes Campagnes
75 cc rue des Vertes Campagnes
01170 - GEX
"Ajouter des années à la vie, c'est bien, ajouter de la vie aux années, c'est mieux ! ..."

Les anti-oxydants sont essentiels à la régénération des tissus et pour lutter contre le vieillissement de la peau.
Ralentir le processus du vieillissement, cérébral notamment,apparaît comme une exigence majeure de nos sociétés qui se trouvent confrontées à la montée régulière du pourcentage de personnes âgées. Pourtant il n'est malheureusement pas sûr que les années supplémentaires qui nous sont offertes soient des années de joie et de sérénité.

Les anti-oxydants sont nécessaires pour une bonne régénéressence de nos cellules. Notre alimentation variée en est la base, mais comme cette régénéressence commence à se faire plus lentement et plus difficilement à partir de la quarantaine et que nos alimentations sont de plus en plus carencées et déséquilibrées, il est fortement conseillé de la compléter par des produits spécifiques de grande qualité.
Vous avez sur ce site les produits reconnus comme les premiers anti-oxydants.


On est vieux si l'on croit l'être, car vieillir, c'est d'abord vieillir dans sa tête et vieillir n'est pas une maladie.
La personne âgée se voit beaucoup plus marginalisée qu'il y a quelques décennies et ce rejet global, cette dévalorisation, cette absence de rôle social, conduisent à la solitude affective et au repli sur soi. Attitude de retrait qui prépare un terrain favorable au processus de vieillissement cérébral.
Ceux qui restent actifs, maintiennent une activité sociale importante, voyagent, participent, se passionnent, font des projets, vieillissent bien dans la mesure où ils restent jeunes d'esprit, gais et heureux de vivre. Au contraire, ceux qui restent passifs et subissent la retraite, se renferment sur eux-mêmes et cette attitude passive tue l'imagination créatrice et favorise le vieillissement intellectuel. La difficulté réside dans l'acceptation du changement de la vie sociale, du rôle dans la société et de la modification des relations dès que l'on n'est plus dans le monde du travail. Tourner la page n'est pas toujours facile, mais nous devons toujours garder à l'esprit que la vie est devant nous, pas derrière. Une attitude négative face à la vie conduit inévitablement à la dépression et à la maladie ; nos pensées négatives se retournent contre nous et génèrent des troubles et des malaises. C'est là où les Elixirs Floraux sont une précieuse aide pour nous aider à regarder devant et à rester positif et optimiste. (voir la rubrique Elixirs Floraux, partie "1-Bases essentielles" en page d'accueil du site).
C'est à ce stade que se situe le premier niveau de responsabilité dans le déclenchement des maladies. La maladie rend passif, assisté, pris en charge, c'est à dire encore plus vulnérable. Notre univers devient petit, étriqué, il ne nous reste plus qu'à remettre notre destinée entre les mains de la médecine qui va "gérer" nos maladies à sa guise.
Avec l'âge nous sommes plus vulnérables à tous niveaux, il faut donc être vigilant pour ne pas accepter inutilement des potions magiques aux effets redoutables qui altèrent nos capacités aussi bien intellectuelles que physiques.
Il est néanmoins sage d'accepter un vieillissement biologique que l'on ne peut pas stopper mais que l'on peut toutefois freiner et retarder.
Nous avons à notre naissance 100 milliards de cellules nerveuses qui se régénèrent en permanence, mais qui se renouvellent peu, c'est donc notre stock de départ qu'il convient de préserver au mieux. Ces cellules nerveuses, ou neurones, sont d'autant mieux protégées qu'elles sont utilisées. Ainsi, au niveau biologique, il est prouvé que c'est en faisant fonctionner sa tête qu'on la protège le mieux du vieillissement. Malgré cela, à l'âge de la retraite, nous avons déjà perdu 1 milliard de neurones, ce qui est assez peu, d'autant que cette perte en nombre est compensée par l'augmentation en taille des neurones en activité dont les connexions entre eux se multiplient ainsi avec l'âge, l'intelligence est peut-être moins rapide mais elle est est plus dense et plus profonde, sans doute ce que l'on nomme aussi la sagesse...
Le vieillissement physiologique n'est donc pas accompagné d'une importante perte neuronale, il s'agit plutôt d'une diminution de la plasticité des synapses et d'une perte de l'adaptabilité des neurones, une sorte d'ankylose, un manque de souplesse au niveau de la communication entre neurones. Par contre, le vieillissement pathologique, prématuré, survient lorsque les micro vaisseaux sanguins qui irriguent nos cellules nerveuses sont atteints d'artériosclérose. Les petites artères cérébrales présentent alors des lésions de leurs parois où vont venir s'agréger des plaquettes sanguines, puis du cholestérol en excès et autres éléments du sang. Ces dépôts vont progressivement obstruer les artérioles, ce qui va provoquer un ralentissement circulatoire et une lente asphyxie en certaines régions du cerveau : alors surviennent les pertes de mémoire et les troubles cognitifs.
Ce phénomène est caractéristique d'une alimentation trop riche, voir trop abondante, mais surtout de mauvaise qualité et le sang est chargé de déchets que l'organisme ne parvient plus à éliminer. L'abus de viande, de mauvaises graisses, de mauvais sucres, de produits que le corps ne reconnait pas et dont il ne sait que faire, voilà un facteur important qui accélère le vieillissement. Le cerveau n'est plus convenablement nourri et ne reçoit pas une quantité suffisante d'oxygène pour fonctionner correctement. Notre cerveau se flétrit comme une feuille qui ne reçoit plus assez de sève.
Les effets les plus nocifs résident dans le fait que l'obstruction des vaisseaux se fait par à-coups : il y a alternance de périodes de manque d'oxygène, et soudain de ré-oxygénation brutale ; c'est à dire qu'après une période de ralentissement au cours de laquelle le cerveau a adapté son métabolisme et s'est habitué à un manque d'oxygène, soudain, l'arrivée brusque de sang apporte aux cellules une quantité d'oxygène qui ne peut plus être rapidement utilisée. Or l'oxygène, s'il est indispensable, il est aussi très toxique s'il n'est pas immédiatement métabolisé : l'oxygène très réactif en excès se transforme en "radicaux libres" qui attaquent les cellules. Comme l'alpiniste qui doit s'habituer progressivement au manque d'oxygène en haute altitude et qui ne peut redescendre rapidement sans risque d'accident.
On considère aujourd'hui que la présence de ces radicaux libres, substances très réactives dérivées de l'oxygène, constitue une des plus grande cause du vieillissement cérébral car elles oxydent brutalement, donc elles brûlent les cellules.
Les radicaux libres viennent se fixer sur des zones particulièrement fragiles des membranes de phospholipides, au niveau des acides gras à longues chaines polyinsaturés, formant des points de fragilité sur la molécule des acides gras.
Chez les individus jeunes, les membranes de phospholipides se régénèrent naturellement à partir des acides gras que l'on trouve dans l'alimentation, quand on est bien nourri bien sûr..., Il existe en effet un mécanisme complexe de biosynthèse qui permet à l'organisme de fabriquer les phospholipides spécifiques du cerveau. Par contre, chez les personnes âgées, ce mécanisme de fabrication se ralentit et devient déficient.
D'où l'importance de pouvoir se suplémenter régulièrement, avec des produits de qualité, pour palier à ce problème irréversible que l'on peut bien atténuer par une alimentation saine et équilibrée.

L'inflammation est une ligne de défense essentielle de notre organisme permettant de répondre à une menace ou à une agression. C'est une réaction naturelle, caractérisée par une production physiologique de radicaux libres. Mais lorsque l'inflammation de vient chronique, la production de radicaux libres devient trop importante. Ces molécules hyper-réactives vont alors s'attaquer à nos propres cellules et entrainer un "stress oxydatif", stress oxydatif qui est impliqué dans la plupart des pathologies du vieillissement.
Au niveau intestins, de nombreux phénomènes entraînent une inflammation intestinale chronique : les allergies alimentaires, les infections bactériennes ou virales, les candidoses, les pathologies auto-immunes... Cette inflammation est généralement associée à une perméabilité excessive ou hyper-perméabilité intestinale, phénomène se caractérisant par un excès de production de radicaux libres et par une altération cellulaire des muqueuses.
L'arthrite et la polyarthrite rhumatoïde sont des troubles inflammatoires des articulations, avec destruction du cartilage et de l'os. Les radicaux libres, consécutifs à l'inflammation chronique, interviennent en perturbant la synthèse du collagène et de l'acide hyaluronique.
Les radicaux libres sont capables d'oxyder le cholestérol, donnant naissance à des composés qui vont amplifier l'épaississement de la paroi des artères (athérosclérose) et augmenter le risque d'obturation des artères (thrombose).
Les radicaux libres jouent aussi un rôle essentiel dans le déclin cognitif caractéristique de la maladie d'Alzheimer.
Quant au cancer, cette pathologie complexe mettant en jeu de nombreux facteurs déclencheurs ou prolifératifs, parmi ces facteurs, le stress oxydatif est clairement impliqué à tous les stades de la maladie, notamment l'apoptose cellulaire (processus par lequel des cellules déclenchent leur auto-destruction en réponse à un signal).

D'où l'importance des anti-oxydants pour freiner le processus du vieillissement, car ils captent les radicaux libres et les détruisent. Une étude épidémiologique a montré que le taux sanguin de bêta carotène et de vitamine C est prédictif des performances de la mémoire chez les sujets âgés ; ces deux anti-oxydants ont donc la propriété de protéger les capacités cérébrales.

Textes extraits du livre d'Yves Ponroy "Préservez et fortifiez votre capital santé"