04 50 28 40 23

Découvrez notre magasin !

C.Cial. Les Vertes Campagnes
75 cc rue des Vertes Campagnes
01170 - GEX

A tous les âges de la vie la mémoire peut faire défaut.

Plusieurs facteurs interviennent que vous pouvez retrouver ci-dessous, néanmoins, puisque c'est à partir de la quarantaine que nos cellules commencent à s'auto-régénérer de plus en plus lentement et de plus en plus difficilement, il est important, voir nécessaire de soutenir cette auto-régénération des cellules avec des produits de qualité pour obtenir des résultats intéressants et durables.

La toute première de ces bases sont bien-sûr les Oméga-3 qui font partie des éléments à entretenir quotidiennement et qui ont une action très importante sur les cellules de notre cerveau (voir partie "1-Bases essentielles" en page d'accueil). Et en y associant quelques produits bien ciblés, notre mémoire ne peut que fonctionner à son niveau optimal.

Le cerveau est le support de la mémoire, de l'intelligence et de la pensée. Les activités intellectuelles ne sont pas localisées dans une zone spécifique du cerveau, mais nécessitent au contraire l'intervention de son ensemble.

La capacité que nous avons d'enrichir notre apprentissage, d'accroître nos expériences et nos connaissances, d'améliorer nos capacités et nos performances, provient de la faculté qu'a notre cerveau d'augmenter la densité du réseau d'interconnexions neuronales. Cette souplesse, cette malléabilité du cerveau est l'apanage de la jeunesse, mais nous conservons jusqu'à un grand âge la capacité de continuer à l'enrichir, et c'est en faisant travailler son cerveau que l'on améliore ses performances, et cela est valable à tous les âges de la vie.
Notre cerveau est d'une extrême complexité et il a en charge l'ensemble des activités de notre organisme : il contrôle, il régule notre horloge biologique, il synchronise les métabolismes et les sécrétions hormonales, il imagine, il pense, il mémorise, c'est le grand chef d'orchestre dont notre vie dépend. Même pendant le sommeil ou au cours d'un coma profond, durant lequel son activité est très ralentie, il continue néanmoins à coordonner toutes nos fontions métaboliques internes, essentielles à la vie.
Nous sommes fascinés par les extraordinaires capacités et les étonnantes performances de notre cerveau mais aussi ses fragilités, et nous savons tous combien il peut être plus ou moins gravement perturbé par de nombreux facteurs externes et internes, physiques et psychiques : une nuit sans sommeil, un verre d'alcool de trop, un choc sur la tête, mais aussi la perte d'un être cher, la nostalgie du passé, l'angoisse de l'avenir, le stress, sans parler du lent mais inexorable processus de vieillissement. Il est en quelque sorte le réceptacle de toute notre vie d'être humain.
Les performances de la mémoire sont les plus spectaculaires et nous connaissons tous des gens doués d'une très bonne mémoire, capables d'apprendre facilement un texte et de le réciter longtemps après ou de mémoriser sans difficulté un très grand nombre de téléphone, ou autres...

Les aléas de la mémoire :
- La mémoire est sélective et fait le tri en ne retenant que ce qui l'intéresse ; certains enfants apprennent avec difficulté et doivent lire et relire leurs leçons sans bien les retenir, mais seront capables de mémoriser sans effort les résultats sportifs ou les paroles des chansons à la mode.
- Le manque de sommeil peut être à l'origine de troubles de la mémoire et de la concentration, en effet le sommeil fait partie intégrante du processus de mémorisation car il permet de "fixer" ce qui a été appris dans la journée et de régénérer les cellules nerveuses.
- L'alcool et le tabac, et d'une façon générale tous les excitants, perturbent la mémoire, mais on oublie trop souvent que certains médicaments engendrent des troubles de la mémoire ; c'est le cas en particulier des somnifères et des tranquilisants qui induisent un sommeil artificiel non réparateur qui ne joue plus son rôle de fixateur de la mémoire.
- Certaines infections aiguës, les traumatismes crâniens, les accidents vasculaires cérébraux, peuvent provoquer des lésions du cerveau qui entrainent des pertes importantes de mémoire.
- De même, des chocs affectifs graves peuvent provoquer des pertes de mémoire soudaines, ce qui prouve à quel point le processus de mémorisation est imbriqué dans tout notre être et n'est pas une simple fonction mécanique semblable à la mémoire d'un ordinateur. Les humeurs dépressives sont généralement associées à une diminution de la mémoire et des performances intellectuelles.
- Que dire de tous les évènements de notre petite enfance, ces souvenirs ont-ils été effacés ou sont-ils "refoulés" dans des zones profondes du cerveau d'où ils peuvent toujours ressortir ? cet inconscient, ensemencé de toutes nos expériences premières complètement oubliées, ou nous n'avons que peu de traces conscientes, mais qui bien souvent nous guident vers le meilleur ou vers le pire.
- Enfin, les détériorations de la mémoire surviennent précocement surtout chez ceux qui la sollicitent peu ; le manque d'entrainement intellectuel conduit à une atrophie des fonctions cérébrales, tout comme le manque d'exercice physique conduit à une atrophie musculaire. Ainsi, l'abus de télévision, devant laquelle on est passif, constitue probablement la plus efficace des méthodes pour fabriquer des vieillards !

Mais le développement harmonieux de notre cerveau suppose le développement de nos capacités intellectuelles, affectives et spirituelles, chacun selon ses dons, ses aptitudes et ses goûts. Et si on a tendance à mesurer l'intelligence, il est bien difficile de la définir tant elle a de facettes : c'est un mélange heureux de vivacité d'esprit, d'esprit logique, d'esprit intuitif, de mémoire, d'imaginaire, d'esprit créatif, de sens pratique, de sens artistique, de capacités analytiques et synthétiques, de souplesse et d'ouverture d'esprit et sans doute de bien d'autres choses encore et notamment l'intelligence du coeur...
Sans oublier que le premier aliment des neurones est le glucose, ce sucre simple est le carburant de base qui, à partir de notre alimentation, migre vers le cerveau grâce à la circulation sanguine. Le sang doit contenir une quantité constante et stable de 1 gramme de glucose par litre de sang ; tout excès, comme le diabète, ou tout manque, conduit inévitablement à des troubles de la mémoire et de la concentration. Ce sucre est dégradé par l'oxygène que nous respirons et qui est véhiculé par le sang jusqu'au cerveau. Ce processus oxydatif, dénommé aussi "respiration cellulaire", est essentiel à la vie, puisque c'est la principale source d'énergie des cellules. Les exercices respiratoires facilitant l'oxygénation des cellules nerveuses, grosses consommatrices d'énergie, stimulent aussi la mémoire.

On pourrait croire que la mémoire est un exercice purement intellectuel et mécanique, en fait les deux meilleurs stimulants de la mémoire sont la motivation et l'émotion. D'une part, nous retenons plus facilement ce que nous aimons et ce qui nous intéresse, et d'autre part, nous nous souvenons sans peine de qui nous a ému, comme si, sous l'influence de l'émotion, le cerveau acquiert une plus grande aptitude à l'enregistrement. Il faut ajouter à cela que contrairement à l'information audiovisuelle, la lecture représente un moyen "actif" de connaissance. Véritable nourriture cérébrale, la lecture provoque la mise en oeuvre des meilleures facultés intellectuelles : concentration, mémoire, attention active, compréhension et imagination. La culture audiovisuelle, qui est de plus en plus la nôtre, développe une forme de pensée plus "passive" au détriment de l'agilité intellectuelle que crée la lecture en nécessitant une participation active.

Ne perdons pas de vue que la nutrition joue un rôle considérable dans le développement psycho-intellectuel et il est clairement démontré maintenant qu'une supplémentation en facteurs biologiques de qualité est très importante pour le bon fonctionnement du cerveau et de la mémoire en particulier, quelque soit l'âge. Les vitamines du groupe B : B1, B2,B6 ainsi que la vitamine E, la vitamine C, le magnésium, le zinc, le sélénium, le bore et bien-sûr les Oméga-3 étant primordiaux.